Edit
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email

Québec suspend l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca pour les 55 ans et moins

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on telegram
Telegram

Le Comité consultatif national de l’immunisation recommande une pause dans les vaccinations AstraZeneca pour les personnes de moins de 55 ans pour des raisons de sécurité, selon CBC News.
Par conséquent, la santé publique du Québec suspend l’inoculation de ce vaccin aux personnes de 55 ans et moins. Le tout doit être confirmé sous peu par communiqué.

Plus tôt aujourd’hui, le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouarda suspendu la distribution du vaccin d’AstraZeneca contre la COVID-19 chez les personnes âgées de 18 à 29 ans.

Selon un communiqué de la santé publique de la province, tous les rendez-vous liés à des personnes de cette tranche d’âge ont été suspendus en attendant plus de détails de Santé Canada et du Comité consultatif national de l’immunisation.

Au début mars, le gouvernement prince-édouardien avait annoncé qu’il offrirait le vaccin d’AstraZeneca aux personnes de 18 à 29 ans qui travaillent dans les dépanneurs, les épiceries et les stations-service.

La santé publique du Canada avait d’abord recommandé cet hiver l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca pour les personnes de moins de 65 ans. Le 16 mars, l’utilisation du vaccin pour les personnes de plus de 65 ans avait aussi été autorisée par le fédéral.

Cette volte-face des autorités sanitaires canadiennes quant à la sécurité de ce vaccin survient alors que de nombreux pays, principalement en Europe, ont suspendu son utilisation en raison d’effets secondaires indésirables possibles, dont la formation de caillots sanguins pouvant provoquer des thromboses.

La semaine dernière, Santé Canada affirmait n’avoir reçu aucun signalement d’effet indésirable lié aux 300 000 doses de la version Covishield du vaccin d’AstraZeneca distribuée au pays.

L’agence fédérale avait cependant modifié mercredi dernier ses directives destinées aux professionnels de la santé qui administrent le vaccin. Ceux-ci doivent dorénavant informer les personnes qui le reçoivent de surveiller certains symptômes, dont des signes d’essoufflement, de la douleur à la poitrine ou des maux de tête graves.

 

Related Posts